Rencontre québécoise internationale des écrivains

Du 16 au 18 avril 2015
la 43Rencontre québécoise
internationales des écrivains

Décrire l’événement implique que l’événement a été écrit.
Roland Barthes

L’écriture est au carrefour d’une vision intérieure portée sur le monde. C’est une question de perspective. Qu’il soit anodin ou grave (un coucher de soleil, une assiette qui tombe ou la mort, un accident), chaque événement a le potentiel de s’inscrire dans l’écriture. Un événement peut-il changer la perspective ?

Après avoir discuté de la théorie de la mort de l’auteur, peut-on considérer que l’oeuvre s’en détache réellement ? Ne met-elle pas en scène son propre effondrement, sa propre traversée du réel ?

La perspective que permet la littérature, la distance entre le réel et la fiction, entre ce qui est arrivé et ce qui se passe dans l’oeuvre, fournit des textes entrelacés afin, peut-être, de réunifier le présent et le passé. L’inconnu qui vient de l’écriture rend ainsi compte de l’événement. L’irruption de l’événement génère un texte, quel qu’il soit.

Trois moments semblent se dégager de l’événement : d’abord le fait, qu’il soit anecdotique ou dramatique peut être raconté dans un journal intime, une lettre, un document ; puis, la reconstruction de ce fait amène une première transformation ; finalement le souvenir s’impose. Trois temps d’écritures, trois espaces dans lesquels l’auteur met et remet en scène l’événement.

 

16 avril       

18 h 00              Conférence inaugurale 
                          Devant ce qui arrive, ou les Prophéties
                          Hubert Haddad
                          Maison des écrivains (3492, avenue Laval)

17 avril               

9 h 30                Présentation 

10 h 00              Conférence d’ouverture
                          Quand le ciel se déchire 
                           Louise Dupré 

10 h 30               pause 

10 h 45               Échange 
                           sur les communications de H. Haddad et L. Dupré
                           Animateur : Pierre Ouellet 

12 h 00               Lecture de textes 
                           Marie Belisle, Jean-Paul Daoust, Rober Racine

14 h 00               Atelier 1 - L’origine. 

L’événement qui s’est passé a créé quelque chose, voire même provoqué un choc. Que ce soit un fait dû au hasard ou un événement plus ou moins anticipé, ce qui ne l’est jamais cependant ce sont les conséquences. Dans le cas qui nous occcupe, comment ce qui s’est passé a-t-il pu être écrit ? S’il y a eu violence, l’écriture en est-elle tributaire ? Elle révèle, en tout cas, une trace irréversible et se transmet. 

                          Marie Bélisle, Paul de Brancion, Hyam Yared
                          Animatrice : Monique LaRue 

18 h00                Lecture publique
                           Paul de Brancion, Michaël Glück, Hubert Haddad,
                           Dražen Katunarić, Álvaro Uribe, Hyam Yared
                           avec la participation de Thomas Hellman
                           Présentation par Jean Royer
                           Maison Ludger-Duvernay (82, rue Sherbrooke Ouest) 
 

18 avril

9 h 30                 Atelier 2 - Le temps.

Il y aurait au moins deux temps, celui de l’événement et celui de l’écriture. Pourtant, les deux sont liés par la construction, le tourbillon, peut-être même le chaos. L’événement devient une sorte de laboratoire intérieur : l’écriture nous convoque à nouveau, afin de donner du sens à ce qui est arrivé. C’est l’écriture. L’événement s’inscrit dans un temps passé, cependant sans cesse réactualisé. 

                           Louise Marois, Rober Racine, Álvaro Uribe
                           Animatrice : Denise Desautels 

 

14 h 00             Atelier 3 - Le miraculé. 

Le texte devient, en quelque sorte, un déliant ; il fait état de cette collision avec le réel, met en correspondance émotions et écritures, ressenti et travail. Le texte est une conséquence de l’événement. La crise a eu lieu, elle a été « parlée » avant d’être écrite.Mais elle est écrite désormais. Comment l’écrivain relit-il son texte ? 

                         Jean-Paul Daoust, Michaël Gluck, Dražen Katunarić
                         Animatrice : Lise Gauvin 

 

16 h 15              Synthèse et discussion générale

                          Animateur : Jacques Allard