Pierre de Grandpré

Pierre de Grandpré

Né à Montréal en 1920, Pierre de Granpré fait ses études classiques au collège Saint-Jean-de-Brébeuf, puis au collège Sainte-Marie où il obtient son baccalauréat en 1940. Reconnu comme journaliste et critique littéraire, il a également publié deux romans. Ceux-ci, écrits à dix-huit ans d'intervalle - Marie-Louise des champs étant une œuvre de jeunesse rédigée en 1943 -, abordent le thème de l'idéal humain. Mais l'œuvre la plus connue de Pierre de Grandpré est sans doute Histoire de la littérature française du Québec, ouvrage en quatre volumes dont il a été le directeur.

De 1946 à 1955 et de 1957 à 1963, Pierre de Grandpré est correspondant à Paris pour le journal Le Devoir. Il poursuit alors sa formation à l'Université de Paris, à la Sorbonne, au Collège de France et à l'Institut d'art et d'archéologie, et obtient une licence ès lettres ainsi qu'un diplôme d'enseignement du français, langue étrangère. Lors de son séjour, il collabore également à Paris-Match où il est éditorialiste dans la section canadienne. À son retour au Québec en 1963, il travaille à Radio-Canada et réalise des entrevues littéraires. Il entre bientôt au ministère des Affaires culturelles : il est successivement directeur général des arts et des lettres, conseiller culturel à Paris et conseiller d'édition à la Bibliothèque nationale du Québec.

Pierre de Grandpré a été reçu à l'Académie en 1972.

Bibliographie sélective récente

Marie-Louise des champs (roman), Montréal, Fides, 1948.
Dix ans de vie littéraire au Canada français, Montréal, Beauchemin, 1966.
La patience des justes (roman), Montréal, Cercle du livre de France, 1966.
Histoire de la littérature française du Québec (ouvrage en 4 volumes), Beauchemin, 1967-1969, 1971-1973.
Rapport sur la distribution des périodiques et du livre de poche au Québec (rapport), Québec, ministère des Affaires culturelles, 1973.
Émile Nelligan, Montréal, ministère des Affaires culturelles, 1983.
Pamphile Lemay, écrivain et bibliothécaire, en collaboration avec Maurice Pellerin et Gilles Gallichan (étude), Québec, ministère des Affaires culturelles, 1987.

Histoire_litterature_quebec_4