Fernande Saint-Martin

Fernande Saint-Martin

Née au Québec en 1927, Fernande Saint-Martin fait ses études à l'Université de Montréal, puis à l'Université McGill. Journaliste à La Presse, elle devient ensuite directrice en chef de la revue Châtelaine et dirige la publication jusqu'en 1972. En 1973, elle obtient un doctorat ès lettres avec une thèse portant sur Samuel Beckett. Après avoir dirigé le Musée d'art contemporain de Montréal entre 1972 et 1977, elle se tourne vers l'enseignement et la recherche universitaires. Elle enseigne d'abord à l'Université Laval, puis à l'Université du Québec à Montréal. Théoricienne de l'art et sémiologue, elle effectue d'importantes recherches sur les fondements des modes de représentation verbale et visuelle, et écrit plusieurs essais et articles sur le sujet. Ses travaux de sémiologie lui valent, en 1989, le prix Molson. Critique d'art et de poésie, elle a collaboré à plusieurs publications, dont Vie des arts, Les Herbes rouges et Liberté. Elle a fondé la revue Situations.

Fernande Saint-Martin a été reçue à l'Académie en 1974.

Bibliographie sélective récente

La littérature et le non-verbal (essai), Montréal, Éditions d'Orphée, 1958.

Structures de l'espace pictural (essai), Montréal, Hurtubise HMH, coll. « Constantes », 1968.

Samuel Beckett et l'univers de la fiction (essai), Montréal, Presses de l'Université de Montréal, 1976.

Les fondements topologiques de la peinture : Essai sur les modes de représentation de l'espace à l'origine de l'art enfantin et de l'art abstrait, Montréal, HMH, coll. « Constantes », 1980.

La Fiction du réel : Poèmes 1953-1975, Montréal, l'Hexagone, coll. « Rétrospectives », 1985.

Sémiologie du langage visuel (essai), Montréal, Presses de l'Université du Québec, 1987.

La théorie de la Gestalt et l'art visuel : Essai sur les fondements de la sémiotique visuelle (essai), Montréal, Presses de l'Université du Québec, 1990.

Marouflée la langue (dessins et poèmes), Montréal, L'Actuelle, 1998.

Fernandesaintmartin